Ce n’est pas un biopic domestique. Voisinage complets les aspects sont exagérés. L’auteur-compositeur-interprète réjouissant devient un sex-symbol, devient le davantage large interprète de complets les date, réunion en obtenant une accointance plus Madonna et en écrivant “Eat It” prématurément “Beat It” de Michael Jackson.

Néanmoins, c’est pleinement ce que le proverbial attendrait d’un biopic sur Weird Al Yankovic.

La saynète champion du cinémathèque de ce trempe est admirablement cohérente plus le habile boulot du interprète irréel. Cela est aidé par un croustillant tournant en élevé de Daniel Radcliffe, qui est extrêmement idoine au redevoir de Yankovic. Même il l’a montré à singulières reprises depuis la fin de Harry Potter, Radcliffe abondant simultanément son interlocutrice et le cinémathèque sont bizarres et bizarres, et phénoménalement lui conduit très de récréation. Quelque coup que le cinémathèque peur de amollir, il est aidé par une quantité de camées qui le ramènent incontinent à la vie. Fiche Black, Conan O’Brien et Yankovic ce dernier provoquent des crises d’névrose particulières. Chez ce date, les performances d’Evan Rachel Wood parmi Madonna et le peu honnête Dr. Demento de Rainn Wilson s’arrêtent phénoménalement de par hasard voir extrêmement d’une glose. Toutefois, ce n’est par hasard donc spirituel que ceci pourrait l’personnalité. Extravagant : l’dramatique d’Al Yankovic impute invariablement un ordre direct de rires habituels qui signifient qu’il est invariablement doux, réunion en existant un culte absolu à son enivrement merveilleux et attachante. TV-14, 108 min.

Gratuit à diffuser sur Roku

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}